Deko D'acc
Cosmétiques Bio et Végan

Claire nous a invité à venir découvrir son univers et son équipe autour d'un café et d'un thé, dans son atelier-boutique à Vic-Le-Comte. Elle nous a raconté comment tout a commencé pour elle, soutenue et encouragée par ses proches, pour en arriver à aujourd'hui.


« C'EST TRÈS SIMPLE : JE VEUX PROPOSER UN PRODUIT LE PLUS SAIN POSSIBLE ET QUI RESTE EFFICACE, NATUREL ET ACCESSIBLE. » 


La Petite Réserve : Bonjour ! Comment vas tu ?

Claire : Tout va super bien pour moi !


LPR : Tant mieux ! Peux tu te présenter brièvement ?Qui es tu ?

Claire : Je suis Claire, une jeune femme enthousiaste, curieuse et créative. Je pense que ça me résume bien.


LPR : Comment t'es-tu retrouvée ici ? Quel est ton parcours ?

Claire : À la base je suis fonctionnaire. J'ai commencé Deko D'acc avec des bougies et des produis d'ambiance. En parallèle, je faisais déjà des cosmétiques pour moi-même car au moment de ma première grossesse j'ai voulu changer de mode de consommation et utiliser des produits naturels. Puis j'ai commencé à en faire pour les copains et la famille, et mes différentes rencontres m'ont permis d'en faire mon activité au quotidien. 

LPR : Comment est née l'idée d'avoir ta production ? 

Claire : En 2015, sur des tableaux j'utilisais différentes matières pour créer de nouvelles textures et j'ai eu l'idée d'utiliser de la cire végétale (ce qui ne marchait pas du tout pour les tableaux !). En voulant réutiliser la cire, et amoureuse des parfums, je suis donc partie dans son utilité première, faire des bougies. Et ça m'a emballé ! Par la suite, j'ai rencontré Cécilie, savonnière et créatrice des Belles de Savons, qui m'a encouragé à ouvrir ma structure. Raphaël de l'Eau Vive m'a aussi poussé vers l'avant. Mon kiné également, qui souhaitait utiliser des produits plus sains, plus naturels, m'a poussé à monter mon laboratoire. J'ai commencé chez moi, la chambre d'ami est devenue mon atelier, puis le garage s'est transformé en laboratoire et la chambre de mon fils en bureau. Ne pouvant pas pousser les murs, j'ai décidé de déménager mon laboratoire et de louer un local. Cela va faire un an et demi que j'ai ce lieu maintenant.

« J'AVAIS BEAUCOUP DE MAGASINS LOCAUX (REVENDEURS), ET MAINTENANT ÇA S'ÉTEND SUR PAS MAL DE RÉGIONS EN FRANCE. »


LPR : Après la création de l'entreprise, vient le développement. Comment as tu fais ?


Claire : 
J'ai commencé avec un site internet, comme je n'avais pas de point de ventre physique. Ce sont les réseaux sociaux qui m'ont permis d'avoir de la visibilité, et j'étais une des seules à l'époque à proposer des bougies certifiées bio. Comme j'étais l'une des seules artisanes à travailler avec Ecocert' à ce moment, les magasins qui revendaient mes bougies ont commencé à prendre ma gamme de cosmétiques bio avec. J'avais beaucoup de magasins locaux, et maintenant ça s'étend sur pas mal de régions en France, puis cela commence en Suisse, Belgique, Luxembourg, Allemagne et DOM-TOM.

LPR : Ah oui, tu es présente un peu partout, c'est génial ! Tu t'occupes de tout ça toute seule ?  


Claire : 
J'ai commencé seule, et le suis restée pendant 4 ans. Puis Ludivine pour la communication et Angelina pour la partie commerciale m'ont rejoint en alternance en septembre. Sonia est arrivée également sur la structure en septembre pour m'aider dans la partie production.


LPR : Est-ce que tu te souviens de ton premier produit ?

Claire : J'ai commencé en créant les bougies, et c'est aussi le premier produit que j'ai commercialisé. 

 


« J'AI TOUJOURS UTILISÉ DES PRODUIS NATURELS, FAIS ATTENTION À MA CONSOMMATION GLOBALE, CONSOMMÉ BIO ET LOCAL AU MAXIMUM. »

Cire à barbe 100% naturelle.

LPR : Parmi toute ta gamme, est-ce que tu as une affection particulière pour un produit spécifique ?
 

Claire : L'huile de massage, que j'ai fais en collaboration avec mon kiné. C'est le premier produit qui a lancé la marque. Je voulais proposer aux professionnels des produits naturels. Et le déodorant ! C'est mon produits chouchou, celui sur lequel j'ai le plus travaillé. Durant deux ans j'ai cherché la bonne formule. Je voulais vraiment le meilleur du meilleur. Il y a une grande histoire derrière. Concernant les savons, c'est Cécilie des Belles de Savons qui les fabrique. C'est ma partenaire savon. Je créer la formule, et elle les savons.

LPR : Tu as donc toujours eu cette conscience de vouloir faire du bien avec les meilleurs produits possibles. Quelle est ta relation avec l'environnement ?

Claire : J'ai toujours utilisé des produits naturels, fais attention à ma consommation globale (eau, électricité, ...), consommé bio et local au maximum. Depuis toujours, en ce qui concerne ma salle de bain, je me démaquille avec un gant. Déjà ado, je ne voyais pas l'utilité des tonnes de cotons démaquillants à usage unique. J'ai toujours été, et voulu être, dans une démarche anti-gaspillage. Il y a 15-20 ans, c'était compliqué de trouver des cosmétiques bons pour la peau, et sains. Donc je les ai fait moi-même.

 

 « J'IMAGINAIS TRÈS BIEN MES PRODUITS AU SEIN DE LA PETITE RÉSERVE. » 

LPR : Après toutes ces aventures, comment as tu croisé le chemin de La Petite Réserve ?
 

Claire : Je connaissais Sandrine, la première co-associée de Thibaut, mais je ne sais plus qui a contacté qui pour commencer. Au tout début c'était pour les bougies, et puis ma gamme s'étendant on a ouvert à mes autres produis. Ce qui me plaisait, c'était le côté petite épicerie de quartier. Mais surtout le vrac ! Il y avait très peu de magasins qui proposaient ces types de produits. Et j'imaginais très bien mes produits au sein de La Petite Réserve.

 


LPR : Comment voudrais-tu résumer ta marque ?

Claire : C'est très simple, je veux proposer un produit le plus sain possible et qui reste efficace, naturel et accessible. 

LPR : Quels sont tes prochains projets ? Que pouvons-nous te souhaiter ? 

Claire : J'ai plusieurs projets surprises qui arrivent. Il faut rester à l'affut...

Vous voulez être tenu.e au courant des prochaines nouveautés à venir ? Inscrivez vous sur notre newsletter.

La Belle Poule
Les bières de la Brasserie Piquat
;